Les plus beaux sites du Kirghizistan racontés par des légendes

Les plus beaux sites du Kirghizistan racontés par des légendes

17 sept. 2019

Quoi de mieux que les légendes pour comprendre la poésie du peuple kirghiz ? Nous vous invitons à redécouvrir certains des lieux incontournables du Kirghizistan à travers les légendes qui les animent. N’oubliez pas ces histoires lorsque vous visiterez ces lieux, remplis de mythes et de mystères.

La tour Burana, protectrice d’une princesse

Situé dans la région de Tchouï sur la route entre Bichkek et le lac Issyk Kul, le site de Burana est un lieu à ne pas manquer pour s’imprégner de l’histoire du Kirghizistan et de ses peuples. La tour de 25 mètres en faisait 45 lorsqu’elle a été construite entre les Xème et XIème siècles. Elle est aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Si les livres d’histoire parlent d’un minaret et d’un lieu culte de l’une des villes clés de l’empire Kakhan, les contes kirghizes en disent autrement.

La légende raconte qu’un puissant roi aurait construit cette haute tour pour protéger sa fille unique. Un prophète lui aurait prédit une mort à l’âge de 15 ans : elle décéderait des suites d’une morsure d’araignée. Apeuré à l’idée de perdre son bel ange, le père fit construire cette tour où la jeune fille passa toute sa vie à l’abri de tout danger. Venu l’âge de ses 15 ans, le roi était si content de la savoir encore en vie qu’il lui apporta un panier avec des pommes... où malheureusement se trouvait une Veuve Noire. Elle piquat la demoiselle et ce fut son dernier jour. Le roi, pris d’un chagrin inconsolable, pleura sur les hauteurs de la tour, ce qui la détruit en partie – d’où sa taille aujourd’hui réduite.

  Les plus beaux sites du Kirghizistan racontés par des légendes    

Koshoy Korgon : infidélité et défaite

Près du village d’At-Bashy au centre du Kirghizistan, en direction de Tach Rabat, vous pouvez vous arrêter explorer les ruines peu connues de la forteresse de Koshoy Korgon, construite entièrement en argile. Lieu clé sur la Route de la Soie, il n’en reste aujourd’hui que les fondations.

Une légende rapporte la construction de la forteresse au héros du même nom, Koshoy. Disciple du grand Manas, Koshoy utilisa la forteresse pour protéger la tribu kirghize des invasions Chinoises et Mongoles. On le voit d’ailleurs sur plusieurs peintures demander conseil auprès d’un aigle, qui représente l’âme du feu Manas selon les dires kirghizes. Grand guerrier et stratège, Koshoy put protéger son peuple qui vivait dans l’enceinte de la forteresse pendant 29 ans. Jusqu’au jour où sa femme s’éprit du général chinois et, pendant la nuit, ouvra aux troupes ennemies la porte de la citadelle.

  Les plus beaux sites du Kirghizistan racontés par des légendes  

Le coeur brisé et les sept taureaux de Jety-Oguz

Vallée pittoresque située à l’est du lac Issyk Kul, près de la ville de Karakol, Jeti-Oguz étonne par ses roches et falaises d’un rouge vif posées entre de hautes cimes et des forêts. En entrant dans la vallée, on aperçoit d’abord une énorme roche en forme de coeur brisé. De l’autre côté, sept hautes roches se tiennent les unes à côté des autres, pas moins impressionnantes. Les peuples nomades ont plusieurs légendes pour expliquer ces merveilles de la nature.

La plus répandue est celle d’une tragique dispute amoureuse entre deux rois. Un jour, l’un des deux Khans s’éprit d’amour pour la femme du deuxième. Il l’enleva et l’aima, ce qui ne tarda pas à créer un conflit entre les deux clans. La tension dans la région ne cessa de monter au fil des batailles. Les deux rois aimaient sincèrement la jeune femme, et aucun d’entre eux n’était prêt à la perdre.

C’est alors que le roi qui l’avait enlevée conçu un plan pour mettre fin à la guerre. Il faudrait tuer la belle convoitée et rendre son corps à son ennemi, dans l’espoir de satisfaire celui-ci sans pour autant voir sa bien-aimée dans les bras d’un autre homme.

  Les plus beaux sites du Kirghizistan racontés par des légendes  

Il organisa alors un festin dans la vallée, et sacrifia, à l’occasion, sept taureaux. Quand ses sujets tuèrent le dernier taureau, il enfonça un couteau dans le coeur de la jeune femme. De sa blessure jaillirent des torrents de sang qui empoisonnèrent toutes les personnes présentes.

Selon une autre légende, la formation des sept roches, les septs taureaux d’où vient le nom de la vallée, serait en fait une histoire d’héritage. Un vieux berger, se sachant malade, voulait partager ses sept taureaux entre ses trois fils. Mais ceux-ci se disputaient et ne parvenaient pas à un accord. Le père, alors enragé par le comportement de ses fils, cogna son poing sur la terre et transforma les taureaux en roches, pour ne pas faire de jaloux.

Le coeur brisé est, d’après une légende alternative, celui d’une jeune Kirghize au nom de Jyldyz. Jyldyz en langue kirghize signifie « beauté », un adjectif qui peine à décrire la splendeur de la jeune femme. Tous les hommes du village et de la vallée l’aimaient, mais Jyldyz était une femme forte et indépendante. Un jour, pourtant, deux jeunes amis montèrent à la montagne et tombèrent amoureux tous deux de Jyldyz. Et la jeune femme les aima tous les deux également. Les hommes décidèrent de se battre pour savoir qui aurait la main de Jyldyz, mais dans un triste sort, ils se tuèrent tous les deux. Jyldyz, déchirée par ce destin, arracha son coeur et le partagea en deux morceaux, un pour chacun de ses séducteurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Nazira de "Kyrgyz'What". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+996-312621630