Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan

Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan

02 oct. 2019

Vous revenez d’un voyage au Kirghizistan, et le pays vous manque ? Ou vous rêvez de partir découvrir ce monde intriguant ?

On dit souvent que les mots manquent pour décrire un voyage inédit, inoubliable, au coeur du pays des Monts Célestes. Pays où les cimes s’enchaînent à des hauteurs vertigineuses, pays où les chants bouleversent au coeur des vallées, pays de la pureté du peuple et de la nature, le Kirghizistan est bien dur à dépeindre tant il est beau et intact. Quelques écrivains, pourtant, ont réussi ce défi, pour le plaisir des amoureux du pays.

Voici quelques recommandations de lecture pour partir, le temps de quelques phrases, au Kirghizstan.

  Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan  

Djamilia, de Tchinguiz Aitmatov

Fort d’une poésie inimitable, ce roman, publié en 1959, conte la naissance de l’amour entre deux jeunes kirghizes, Djamilia, mariée de force à un homme parti au front, et Daniiar. Les deux amants, qui s’aiment comme encore personne n’a aimé dans les livres, s’enfuient à travers les steppes du Kirghizistan, pour dévoiler aux lecteurs un paysage tout simplement magique. Tout cela raconté par l’innocence et la pureté d’un enfant, Seït, le beau-frère de Djamilia, qui voit tout d’un premier regard enchanté, et décrit cette beauté comme un tableau, digne des plus grands peintres.

Djamilia, ce n’est pas seulement un voyage auprès du peuple, des traditions et des paysages kirghizes ; et ce n’est pas seulement, non plus, une histoire d’amour. C’est une ode au féminisme. Djamilia a l’audace, le courage, et la folie, peut-être, de s’opposer à son mariage et se laisser séduire par Daniiar – alors qu’aujourd’hui encore, de nombreuses femmes kirghizes souffrent de mariage forcés voire d’enlèvement. D’ailleurs, Seït, le narrateur, a une très belle façon de décrire Djamilia : « J’étais fier qu’elle fût ma djéné, fier de sa beauté et de son caractère : indépendant, libre. »

C’est la force des mots et de cette histoire qui ont séduit aussi Louis Aragon, à qui on doit une splendide traduction du roman. Dans sa préface, Aragon dit de Tchinguiz Aïtmatov qu’il « parle de l’amour comme nul autre. » « Pour moi, c’est la plus belle histoire d’amour au monde », écrit-il.

  Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan  

Djildiz ou le chant des monts célestes, de René Char

Voilà encore une belle histoire d’amour au coeur des cimes kirghizes, à croire que le pays est propice à l’Amour avec un grand « A », pur, intense, passionné. Spécialiste de la région, René Char a passé de nombreuses années au Kirghizistan, qui lui a inspiré beaucoup de ses poèmes.

Ce roman d’aventure retrace le périple d’un couple, Djanibek et sa jeune femme Djildiz, à travers les montagnes, les cols et les glaciers de l’est du pays pour exécuter le dernier souhait de son père : être enterré auprès de ses parents, dans les montagnes de la Chine, où ils avaient fui la guerre. C’est une histoire palpitante de danger et de découverte, adoucie par la tendresse, l’innocence et la musicalité de la jeune Djildiz.

Djilidiz ou le chant des monts célestes est un appel au voyage dans cette région retirée du monde, qui raconte avec précision les traditions du peuple kirghize, et, surtout, leur immense respect pour leurs aînés.

  Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan  

Continuer, de Laurent Mauvignier

Interprété au cinéma en 2018, Continuer est un roman initiatique à travers les steppes et les sommets du Kirghizistan. Pour retrouver son fils adolescent, Sibylle part avec lui au Kirghizistan, à cheval, en grande solitude. Un moment d’intimité, de disputes, de difficultés, et d’amour qu’ils vivent à deux dans la simplicité du pays et de son peuple. Ils quittent ce « monde  qui les séparaient » pour s’adonner au grand inconnu, celui qui finalement arrivera à les rapprocher.

C’est une dernière chance que la mère donne à son fils : elle quitte tout - sa famille, son travail - vend sa maison, et efface tout pour partir avec lui à l’aventure, dans un espoir désspéré de le sauver. Et c’est dans le silence et l’angoisse des montagnes que mère et fils vont renouer ; isolés pour mieux se retrouver.

  Votre liste de lecture pour rêver de Kirghizistan  

L’épopée de Manas

Classée à l’Unesco comme patrimoine immatériel de l’humanité, l’impressionnante épopée de Manas figure aussi dans le livre des records de Guinness : c’est, en effet, la plus longue épopée du monde. Elle raconte l’histoire et les exploits du grand héros Manas, de son fils, Semeteï, et de son petit-fils, Seytek.

Si la figure historique de Manas est contestée, elle reste, pour le peuple kirghize d’aujourd’hui, symbole de patriotisme : Manas, qui aurait réuni les tribus kirghizes au 9e siècle, est considéré comme le père de la nation. On voit d’ailleurs la fierté du peuple envers Manas à travers les nombreux monuments qui lui sont consacrés, ainsi que les bâtiments, rues, et même montagnes qui prennent, de plus en plus, le nom de Manas.

Le récit, d’où viennent beaucoup des traditions du peuple kirghize, n’a été mis à l’écrit que récemment. Jusqu’ici, il n’était que conté à l’oral par des manastchis, des hommes qui consacraient leur vie à l’épopée. Ils la récitaient comme un chant, presque dans une transe. Cette tradition se perpétue encore aujourd’hui ; et tous les enfants kirghizes apprennent au moins certains passages de l’épopée à l’école.

C’est un livre fondamental pour comprendre l’esprit du peuple kirghiz, préservé de siècle en siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Nazira de "Kyrgyz'What". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+996 226 62 16 30