Le mystère de la fleur Aigul, unique au monde

Le mystère de la fleur Aigul, unique au monde

24 oct. 2019

Terre de montagnes et de légendes, le Kirghizistan abrite aussi de nombreux mystères. L’un d’entre eux réside dans un petit village au sud du pays, dans la région peu visitée de Batken. A Karabulak, une colline surnommée « Aigultash » est recouverte, quelques jours par an seulement, d’une magnifique et haute fleur, l’Aigul, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

Extrêmement rare et endémique à cette montagne, la fleur Aigul fascine les voyageurs du monde entier, qui descendent dans ce village en avril dans l’espoir d’apercevoir cette beauté de la nature. Elle ne se donne à voir que deux semaines par an, après une pleine lune, et prometterait, dit-on, le bonheur éternel à ceux qui la croisent.

Une tragique histoire d’amour

D’après la légende locale, c’est une tragédie romantique qui a fait naître cette fleur. Une belle fille nommée Aigul, dont le nom se traduit du kirghize comme « fleur de la lune », s’était éprise d’amour pour un guerrier, Kozu Ulan. Les deux amants devaient se marier ; tous les préparatifs étaient faits. Mais le soldat, dévoué à sa patrie, mourru au combat. Ses compagnons ramenèrent au village son coeur, pour sa fiancée.

Ne supportant pas la douleur de cette perte, Aigul se dirigea en haut de la colline, depuis laquelle elle se jeta dans le vide. Ce geste désespéré devait lui permettre d’être réunie avec son bien-aimé, dont le coeur avait été enterré au coeur de la colline. Le sang de la jeune fille tâcha alors les pierres, et, quelques jours plus tard fleurirent les premières fleurs, symboles d’un amour pur, passionné et brisé.

Avec sa longue tige d’environ un mètre de hauteur, ses nombreuses feuilles vertes, et ses fleurs renversées de couleur orange ou rouge, elle a de quoi impressionner. D’ailleurs, ses fleurs renferment des petites gouttelettes, que les locaux disent être les larmes d’Aigul.

Une fleur menacée

L’Aigul est une fleur qu’on ne peut admirer nulle part ailleurs dans le monde. Même dans ce village de Batken, elle se fait rare. La fleur Aigul ne fleurit de ses racines qu’après sept ans. Chaque année qui en suit, une nouvelle fleur orange apparaît sur la tige, ce qui permet de connaître l’âge de la plante.

Espèce en danger, de son nom scientifique « ryabchik-eduardo » ou « Fritillaria eduardii Regel », l’Aigul est classée dans le Livre rouge de la flore menacée. Cette fleur mystérieuse attirait tellement d’attention qu’elle était vendue chère pour des cadeaux ; elle était aussi utilisée en médecine orientale pour soigner les maux de ventre. Des locaux ont essayé d’en faire des élevages, en vain : elle ne pousse que naturellement, sur l’Aigultash. Il est désormais interdit de la ramasser.

 

Crédit photo : Akipress.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Nazira de "Kyrgyz'What". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+996-312621630