En voyage au rythme du Komuz, instrument traditionnel kirghiz

En voyage au rythme du Komuz, instrument traditionnel kirghiz

09 sept. 2019

Les kirghizes ont hérité d’une culture musicale importante, qui bercera votre voyage à travers les pics et les plaines du Kirghizistan. Porte d’entrée dans l’âme de ce peuple, le komuz, dont le nom signifie simplement « instrument de musique », est l’instrument le plus rependu dans le pays.

Symbole de la culture et de la tradition kirghize, il a même une fête nationale qui lui est dédiée, le 9 septembre. « Le komuz occupe une place particulière dans la culture traditionnelle du peuple kirghiz » , peut-on lire dans le décret qui a officialisé cette fête à l’été 2019. « Les mélodies du komuz, appelées ‘kuu’, qui portent les pensées philosophiques, le mode de vie et la culture des kirghizes et qui sont transmises de génération en génération, ont survécu jusqu’à nos jours. »

L’instrument à trois cordes est traditionnellement creusé dans du bois d’abricotier, un arbre qui décore la région d’Issyk Kul et le sud du Kirghizistan. Joué à l’horizontale, il ne fait pas plus de 90 centimètres de longueur.

  En voyage au rythme du Komuz, instrument traditionnel kirghiz  

L’apparition du premier komuz

Une légende du peuple kirghiz rapporte la création du premier komuz à une histoire d’amour et de séduction. Dans les montagnes du lac Issyk Kul, un chasseur s’éprit d’une belle jeune fille, claire comme le matin et à la voix envoûtante. Il était alors dépité, envahi par son chagrin d’amour, ne sachant pas comment approcher cette femme qu’il voulait prendre pour épouse. Assis sous un abricotier, il entendit soudain un son charmant. Le vent tirait des fils accrochés aux branches de l’arbre ; il comprit qu’il s’agissait en fait d’intestins de chèvre séchés. C’est alors qu’il eut l’idée de découper dans le tronc un instrument en forme de larme, aux couleurs de sa douleur. En y jouant devant la jeune femme, il conquît enfin son coeur.

Les chansons traditionnelles, passées de génération en génération par le son des voix et des cordes, racontent les périples du peuple kirghiz, ses amours, ses batailles, et ses nomades . Instrument universel, lesKirghizes apprennent à jouer au komuz dès leur plusjeune âge et montent sur scène en habits traditionnels, fiers de leur culture qui ne se perd pas. Pour l’ouverture des Jeux Nomades Mondiaux en 2016, le Kirghizistan a offert au public une spectaculaire performance : 1 000 musiciens ont joué sur leur komuz « Mash Botoi », une vive mélodie caractéristique de la vie nomade au rythme des chameaux et des chevaux.

Avec leurs chansons nationales, les nomades ont légué aux kirghizes d’aujourd’huiun amour de la musique, des légendes et de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Nazira de "Kyrgyz'What". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+996-312621630