Nowruz, le nouvel an Kirghize

Tout comme la plupart des pays asiatiques, le nouvel an se célèbre selon le calendrier lunaire, comme cela serait le cas en Mongolie ou en Chine. Mais contrairement à ces deux pays, au Kirghizistan se fête tous les 21 Mars « Nowruz », marquant ainsi le premier jour du printemps (litt : « Nouveau jour »). Originellement liée au Zoroastrisme (religion de l’empire perse), cette fête nationale de plus de 3000ans est aujourd’hui célébrée dans les pays d’influence perse  Iran, Iraq, Afghanistan et notamment de l’ancienne république soviétique tels que dans les ‘Stans…Si vous êtes donc de passage à cette période de l’année, outre de profiter des belles pistes de ski de Karakol, Nowruz devient l’incontournable à ne pas manquer.

Activités pendant le Nowruz

A Bichkek sont organisés pour l’occasion de nombreuses festivités qui vous feront découvrir la culture kirghize. A l’hippodrome, de nombreuses compétitions, dont la plus célèbre Buzkashi attirent une population locale venue en masse, assister à ce sport antique. Ce dernier consiste, à dos de cheval, d’aller s’emparer de la carcasse de mouton (40 à 50kg) des cavaliers de l’équipe adverse. Une expérience qui pourrait en déconcerter certains, mais qui vaut tout de même le détour. Si si ! Le XV de France n’aura plus rien à envier aux All Black….

Si vous décidez de passer outre, on ne vous en voudra pas, il y en a pour tous les goûts : courses équestres, luttes, jeux traditionnels, danses, chants, et aussi saveurs culinaires… Cependant le plus grand des festivités se trouve au cœur de la ville, plus exactement sur la place Ala-Too. Ici, les formes convergent, les couleurs s’exhibent, les odeurs enivrent et la musique fuse. Entre ballons, barbes à papa, bannières décoratives et costumes… ce festival haut en couleurs réunit petits et grands. Sur la scène centrale, montée pour l’occasion, les filles ont revêtues le vêtement traditionnel, dansant la dite « Danse des fleurs », rythmée sous les notes musicales du « komuz », petite guitare traditionnelle kirghize.

Si vous avez un petit creux, laissez-vous tenter par les shashlyk, brochettes de viande épicées, ou encore osez le sumolok, boisson à base de blé. Moins appétant pour votre palais de bon Français, mais c’est bien pour ça qu’on ne le prépare qu’une fois par an.

En soirée, la modernité reprend place, avec son défilé de pop stars, qui viennent animer la jeunesse bichkekoise.

Au-delà de la place centrale, les festivités se poursuivent avec bonne humeur.

Chez l’habitant

Quant à la maison, c’est un grand moment de convivialité. Famille, voisins et amis vous rendent visite et en guise d’accueil une grande table dessert les sept plats traditionnels : – sharob (le vin), shir (le lait), shirinliklar (les friandises), shakar (le sucre), sharbat (boisson sucrée), sham (une bougie) et shona (une pousse).  Ces derniers représentant pureté, abondance, joie et fertilité pour l’année à venir.

Il vous sera notamment offert une tasse de thé noir et des mets à base de viande, de riz et de légumes, préparés selon les ingrédients locaux. Des saveurs que l’on qualifierait d’orientales avec ces effluves épicées.

Traditionnellement, Nowruz était aussi l’occasion d’échanger des cadeaux. Us qui s’est plus ou moins perdu, mais que l’on retrouve tout de même chez certaines familles. Cependant, il n’est pas rare que les enfants se voient recevoir des jouets pour l’occasion. La fête des bambins en quelque sorte.

Et bien, je n’ai plus qu’à vous souhaiter un joyeux nowruz, et au plaisir de vous accueillir prochainement !