Cuisine kirghize

La cuisine kirghize est fortement influencée par les habitudes nomades et propose des plats relativement simples à base de viande et de produits laitiers. La colonisation russe a également eu un impact sur les spécialités culinaires du Kirghizistan et a apporté quelques habitudes dont la consommation de vodka.

La cuisine Kirghize se teinte de plats souvent liés aux fêtes et rituels. Les recettes utilisent essentiellement de la viande de boeuf, du mouton et du cheval bouillis. On retrouve également beaucoup de spécialités à base de lait bouilli et fermenté comme en Mongolie.

Les épices ont quelque peu pris une place importante dans les plats offrant aujourd’hui de nouvelles saveurs et des plats plus variés. On retrouve aussi quelques plats avec du poisson bien que cela soit plus rare que la viande surtout dans les contrées reculées.

Les différentes spécialités locales

Samsa : les samsa sont des petits beignets triangulaires très répandus au Kirghizistan. Généralement fourrés à la viande et aux oignons, on les retrouve également au fromage. Cuits dans des fours en terre, ces beignets sont croustillants et moelleux à la fois. Servis dans de nombreux restaurants, vous ne pourrez pas passer à côté lors de votre voyage au Kirghizistan.

Manti : les manti sont des sortes de raviolis généralement constitués d’un mélange de viande de mouton ou de poulet. On les bout dans une casserole remplie d’eau salée ou de bouillon. On les retrouve sous différentes formes dans toute l’Asie centrale.

Chachlik ou Kebab : pour les gourmands et amateurs de viandes, le chachlik ou kebab saura combler votre appétit. La viande de boeuf, de mouton ou de poulet est d’abord marinée pendant une nuit puis embrochée et cuite sur la braise. Découpez ensuite en fines lamelles, on accompagne les morceaux de viande avec du pain, du vinaigre et des oignons.

Lagman : les lagmans sont des nouilles plates cuites à l’étuvée accompagnées par de la viande de mouton ainsi que des légumes tels que la pomme de terre, la carotte, l’oignon et le radis blanc. Ce plat est vraiment typique du Kirghizistan et se cuisine un peu partout, des restaurants et marchés jusqu’à dans les yourtes.

L’oromo : l’oromo est un plat parfait pour les végétariens. La recette très simple se compose de pomme de terre, d’oignons et de carottes enroulés dans une pâte puis cuits dans une casserole spéciale que l’on appelle Kazkan. Les oromos peuvent aussi être accompagnés de viande.

Outre ces petites spécialités locales que l’on peut retrouver dans la plupart des restaurants et échoppes kirghizes, vous aurez l’occasion de déguster les grands plats nationaux : le bechbarmak, le plov et l’olovo.

Le bechbarmak qui signifie « cinq doigts » est un plat traditionnel qui se mange avec les doigts. Le plat est préparé à base de viande de cheval, de pomme de terre, d’oignons et de pâtes larges. Les kirghizes aiment le servir lors des jours de grandes fêtes ou pour les invités de prestiges.

Le plov est un plat à base de riz sauté, de légumes, de viande de bœuf ou de mouton et d’épices. Il est souvent cuisiné lors des grandes occasions comme un mariage ou la fin du ramadan. Il peut être cuit de différentes manières, frit, à l’eau ou à la vapeur. Ce plat se mange aussi avec les mains.

L’olovo est un plat particulier. Il s’agit en effet de poumons de mouton confits dans du lait accompagnés d’épices, de sel et d’huile. Il est généralement proposé pour accueillir les hôtes respectés.

Les snacks des plus courageux

Parce que dans toutes les cuisines du monde on retrouve des curiosités plus ou moins appétissantes, la cuisine kirghize ne déroge pas à la règle avec les kourouts et l’oil de mouton.

Les kourouts sont des petits carrés de fromage très durs faits à partir de lait caillé. On vous prévient tout de suite, le goût est assez fort et les kourouts vous promettent une haleine peu agréable. Les kirghizes, eux, en raffolent et mangent ça comme nous pourrions manger du chocolat ou des bombons. À essayer tout de même lors de votre séjour ^^

Pour l’œil de mouton, seuls les plus téméraires oseront surement tenter l’expérience. Il vous sera demandé de l’avaler sans mâcher pour qu’il puisse être décomposé dans votre estomac offrant ainsi toute ses vertus. L’œil de mouton peut aussi être servi coupé en petits morceaux mais pas sûr que cela donne d’avantage envie. Rassurez-vous, cette partie du mouton ne vous sera pas proposée tous les jours.

Les boissons locales

Le thé : Comme dans beaucoup de pays, le thé est la boisson incontournable servie à pratiquement tous les repas. Le thé vous sera aussi servi à votre arrivée dans chaque famille ou dans les restaurants. Il n’est pas rare que le thé vous soit proposé après un petit rituel qui consiste à le verser à trois reprises dans un tasse puis dans la théière.

Le kumiss : préparé pendant les beaux jours, le kumiss est une spécialité des nomades. Confectionné avec de l’alcool à base de lait de jument fermenté, son goût très fort sera sans conteste redoutable pour les maux d’estomac.

Le bozo : comme le kumiss, le bozo est une grande spécialité kirghize préparée cette fois-ci à base de grains de mil pilés et fermentés. Son petit goût léger peut s’apparenter à celui de la bière et sera peut être plus agréable pour nos palais occidentaux.