Le championnat d’Asie de lutte débute à Bichkek

Le 31ème championnat d’Asie de lutte a commencé ce mardi 27 février au Palais des sports Kojomkul à Bichkek au Kirghizistan.

Le programme du championnat verra défiler des tournois de lutte libre, gréco-romains et de lutte féminine. Les premiers à entrer sur le tapis sont les « Greco-Romains » afin de déterminer les vainqueurs dans cinq catégories de poids. Au total, c’est 30 médailles en lutte libre féminine et masculine et en lutte gréco-romaine qui seront à remporter.

Le Premier ministre du Kirghizistan, Sapar Isakov, s’est adressé aux participants du Championnat d’Asie de lutte gréco-romaine, de lutte libre et de lutte féminine : « Des lutteurs brillants et déterminés se sont rassemblés ici pour montrer leurs compétences. J’espère que l’atmosphère du championnat, l’esprit de la lutte restera avec chacun de vous pour toujours. Je souhaite à tous les athlètes d’atteindre de nouveaux sommets, aux spectateurs – des impressions lumineuses et inoubliables. Nous croyons que tous ceux qui sont venus en République kirghize apprécieront la cordialité et l’hospitalité de notre peuple, trouveront des amis fidèles et fiables.« 

Selon lui, plus de 700 athlètes de 20 pays participent à la compétition. Ce tournoi est un pas de plus vers la popularisation de la lutte dans la République kirghize qui enregistre déjà cette activité comme un sport national. Les lutteurs kirghizes réussissent régulièrement à se faire une place, non seulement en Asie, mais aussi aux championnats du monde et aux Jeux Olympiques.

Le Kirghizistan ravi d’accueillir le championnat de lutte

Les premiers championnats de lutte en Asie ont eu lieu en 1979, et les épreuves féminines ont été ajoutées en 1996. Depuis, le championnat est organisé tous les ans en Asie.

La fédération de lutte gréco-romaine du Kirghizistan est ravie d’accueillir ce championnat. « Après de longues et fructueuses négociations, nous sommes fiers de déclarer que nous avons gagné. Nous sommes prêts à accueillir avec honneur le Championnat d’Asie 2018 au Kirghizstan au plus haut niveau « , a-t-elle déclaré.

En tant que sport national, la lutte tient une place importante dans la vie des kirghizes. La lutte se développe rapidement au pays si bien que l’on compte aujourd’hui jusqu’à 20 000 licenciés. Ce championnat est donc l’occasion pour la Kirghizie de rassembler sa population et développer son image sur la scène internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *